• HUMAIN LEVE TOI

    Une infirmière australienne,Bronnie Ware a longtemps travaillé dans une unité de soins palliatifs et a accompagné des patients dans les trois à douze dernières semaines de leur vie. Elle témoigne de ce qui préoccupe ces personnes: «Toutes sont prises dans un tourbillon d’émotions», «Sans surprise, elles refusent d’abord la situation, puis éprouvent de la peur, de la colère, des regrets.

     

     

     

    Bronnie Ware a régulièrement demandé à ses patients ce qu’ils regrettaient ou ce qu’ils auraient aimé mieux faire dans leur vie. Et il est intéressant de constater que les réponses données étaient souvent les mêmes.

     

    Les 5 principaux souhaits non réalisés:

    Avoir le courage de vivre sa propre vie

    Le regret le plus fréquemment exprimé par tous a été celui de vouloir satisfaire les attentes des autres plutôt que de vivre la vie que l’on aurait vraiment aimé vivre. Lorsqu’il ne leur reste plus beaucoup de temps à vivre, les gens prennent conscience des rêves qu’ils n’ont pas pu réaliser. Il en est ainsi parce que quand la santé décline, il est souvent trop tard pour beaucoup de choses.

    Moins travailler

    Chacun des hommes soignés par Bronnie Ware a exprimé le regret d’avoir trop travaillé. Ils sont ainsi passés à côté de la jeunesse de leurs enfants et ont consacré trop peu de temps à leur femme. Ce point a également été mentionné par des femmes, mais comme elles appartenaient à une génération plus ancienne, beaucoup n’étaient pas le principal soutien financier de la famille.

     

    Exprimer plus d’émotion

    Avec le recul, beaucoup de gens regrettent de ne pas avoir exprimé plus clairement ce qu’ils ressentaient, de peur de briser l’harmonie apparente, par exemple, parce qu’ils ne voulaient pas se dévoiler, ou encore parce qu’ils voulaient vivre en paix avec les autres. D’après Bronnie Ware, bon nombre de ces personnes ont développé des maladies suite à leurs frustrations.

     

    Rester en contact avec ses amis

    A la fin de leur vie, beaucoup de gens ont profondément regretté de ne pas avoir accordé assez de temps à leurs amis et de ne pas s’être donné assez de mal pour les voir. Ils les ont perdu de vue parce qu’ils étaient très pris par leur travail, parce qu’ils avaient déménagé, ou parce qu’ils avaient fondé une famille. Or, selon Bronnie Ware, il apparaît dans les dernières semaines de la vie que ce qui compte vraiment, ce sont les relations et l’amour.

    Etre heureux

    Nous vivons à une époque axée sur le résultat, que ce soit au travail ou dans les loisirs. De nombreux patients de Bronnie Ware ont constaté qu’ils avaient trop fait dépendre leur bonheur d’un résultat plutôt que de profiter simplement du moment présent. Certains étaient aussi prisonniers de vieux comportements et de vieilles habitudes et avaient peur du changement. «Etre heureux» «est une décision consciente.»

    Travailler dans une unité de soins palliatifs a durablement changé la propre vie de Bronnie Ware. «Je m’exprime aujourd’hui beaucoup plus clairement qu’avant», déclare-t-elle. Et ajoute: «Je me demande souvent si je risque de regretter les décisions que je m’apprête à prendre. Si la réponse est oui, je cherche une autre solution».

    Car ce qui ressort aussi des discussions menées avec les personnes en fin de vie, c’est qu’une chose rassemble les cinq souhaits non réalisés. Et cette chose, c’est que ces souhaits sont le fruit de décisions conscientes. Nous sommes les propres artisans de nos vies.

    Et même si cela va sans dire: dans le tourbillon de la vie (active), les souhaits et les rêves sont souvent trop longtemps relégués au second plan.

    Il vaut donc parfois la peine d’écouter assez tôt les conseils des plus âgés.

    Découvrez aussi:

    Quand le patient devient un client

    La maladie n’est plus seulement une épreuve physique et morale, mais aussi une épreuve financière, largement indexée sur les inégalités sociales. Le patient renonce de plus en plus aux soins, faisant les frais de cette évolution jusque dans son corps.

    Des réformes au formatage,transformation néolibérale de la société

    Le précariat rassemble des situations individuelles très variées en passant par les étudiants et les "travailleurs pauvres". Il a pour conséquence des revenus aléatoires et l'impossibilité de construire sa vie, faute de perspective d'avenir.

    GÉRER UN ETAT COMME UNE ENTREPRISE ?

    La France est définie dans notre constitution comme une « République démocratique et sociale » (article 1er).Le droit du travail n’a jamais eu pour objet d’être au service d’une politique économique, visant à établir une performance économique, ce à quoi on veut l’asservir aujourd’hui.

    Notes:

    Le site web de Bronnie Ware infirmière :

    REGRETS OF THE DYING

    Au moment de mourir, les cinq choses qui comptent vraiment dans la vie apparaissent au grand jour

    « Le patron du fonds BlackRock France élevé au grade d’officier de la Légion d’honneurRoumanie 1989,vous avez dit Révolution? »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :