• L'abdication de la démocratie

     

     

    L'abdication  de la démocratie

     

     «  Au nom d'une « saine économie », on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale..sécuritaire.

    Depuis 2005, les gouvernants européens ont utilisé les intérêts de l'intégration européenne comme une justification inattaquable pour piétiner la démocratie et les droits sociaux des peuples.

     

    Selon le néo-libéral Jacques Rueff, proche d'Hayek et de Milton Friedman, le traité de Rome, qui donne naissance au marché commun en 1968, a marqué « l'aboutissement et le couronnement de l'effort de rénovation de la pensée libérale » en construisant politiquement la toute-puissance d'un marché s'auto-régulant indépendamment des décisions politiques et des contraintes étatiques.

     Le projet de marché unique a été élaboré par le lobby patronal, European Round Table of Industrialists (ERT), lancé par les commissaires européens Etienne Davignon et François Xavier Ortoli (futur président d'honneur du MEDEF international), et comptant dans ses rangs les patrons de Volvo, de Fiat, de Nestlé, de Philips, de Siemens, de Shell, de Saint Gobain, de Lafarge, Danone, tout comme Lagardère... 

    Changer l'UE?Essayez pour voir ...

    Le prix Nobel d'économie créé il y a près d’un demi-siècle a été une machine de guerre visant à légitimer le tournant néolibéral des années 70 et 80. Il a facilité le remplacement du vieux modèle social-démocrate par celui de l’économie de marché débridée actuel.

    La monnaie est devenu un sujet central , puis la finance. Le marché dérégulé est devenu à la mode, avec les effets que l’on sait : insécurité économique et sociale, crises financières, corruption, inégalités, et au final rejet des élites.

    Attaque de Rambouillet: l'exécutif prépare la riposte

    Un traumatisme collectif, une guerre, un coup d’État, une catastrophe naturelle, une attaque terroriste,un crime odieux , plongent  la population dans un état de sidération.

    Après un choc violent, nous devenons plus vulnérables, souvent plus enclins à suivre les « élites » qui prétendent nous protéger. Milton Friedman, Prix Nobel d’économie en 1976, comprit ce phénomène très tôt. Il conseilla aux hommes politiques de profiter d’un choc auquel est soumise toute une société pour mettre en œuvre un plan de réformes drastiques en très peu de temps, en profitant de l’absence de réactions de la société à cause de son état de sidération.

     

    La thérapie du choc reste souvent utilisée pour créer l’urgence face à une nécessité de changement. Le choc vient cyniquement apporter une solution : un ultimatum, la survenue d’une crise, des résultats catastrophiques, … sont autant d’illustrations de cette méthode.

     Avec un vecteur d’émotion, la réaction n’en sera que de plus grande ampleur.

    Les « réformes » en France ont toutes été validées dans ce contexte.

    En France,les "réformes" sont des idées importées d'anciennes dictatures

     

    Au cours des années 80,  des superstructures transnationales ont progressivement commencé à se constituer sous les formes les plus diverses : sociétés commerciales, bancaires, politiques, médiatiques.Malgré leurs différents secteurs d'activités, ces forces étaient unies par leur nature supranationale.

    Le mur est ouvert (dans la nuit du 9 au 10 novembre, les Berlinois de l’Est franchissent sans contrôle le « check-point Charlie ») https://www.reseau-canope.fr/cndpfileadmin/pour-memoire/la-chute-du-mur-de-berlin/la-fin-du-rideau-de-fer/louverture-du-mur-de-berlin/

     

    Avec la chute du mur de Berlin, elles se sont retrouvées aux commandes du monde. Cette chute est une victoire colossale qui, permet l'instauration d'un pouvoir planétaire. La fin de la guerre froide a aussi marqué la fin de la démocratie.

    La chute du mur de Berlin a engendré concrètement deux grands types de conséquences : sur le plan social et sur le plan géopolitique. Et ce, bien au-delà des frontières allemandes.

    La chute du mur de Berlin,une catastrophe géopolitique et sociale

    Le nombre de personnes sans-abri a augmenté de 70% dans l'UE ces dix dernières années

    La décennie 1990 a d’une part enclenché la plus forte vague historique de reculs sociaux en Europe et dans le monde.De nos jours 87 millions d'Européens vivent sous le seuil de pauvreté, soit plus d'un habitant sur 6:Pauvreté : 87 millions d'Européens touchés:« 87 millions d'Européens vivent déjà sous le seuil de pauvreté »

     En France, en Allemagne, en Europe de l’Est, et en réalité sur tous les continents, pas une « réforme » imposée par une caste dominante qui n’ait été rendue possible par l’inversion cataclysmique du rapport de force en faveur du pouvoir des capitaux, et au détriment des peuples : privatisations, coupes dans la protection sociale, montée phénoménale des inégalités et de la pauvreté, limitations drastiques des droits des salariés  – mais aussi mise sous le boisseau de la démocratie (par exemple par l’inversion des référendums portant sur l’intégration européenne).Le référendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe (aussi appelé traité de Rome II ou traité de Rome de 2004) eut lieu le 29 mai 2005. À la question « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe ? », le « non » recueille 54,68 % des suffrages exprimés.

     L'UE a d'abord été conçue parfaitement consciemment par ses initiateurs (dont les fondations et les entreprises de propagande étaient financées par les américains) comme un moyen  de promouvoir le libéralisme en rendant inoffensives pour le capital et la préservation du libre-échange les revendications sociales des peuples.

    La prophétie d’un monde pacifié et sans frontières a été démentie elle aussi dans les décennies suivantes. Un vent de fronde souffle contre les élites qui souhaitent uniformiser les peuples avec les gourdins du Marché . Il y a une révolte  contre la perte de souveraineté des peuples au profit d’entités transnationales et technocratiques sans légitimité démocratique.

     La Charte des Nations Unies affirme la notion de droit des peuples à disposer d’eux-mêmes dès le chapitre 1er.

    La Cour internationale de justice (CIJ) le corrobore  dans son arrêt du 30 juin 1995 , le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes constitue « un des principes essentiels du droit international contemporain »

     

    « Changer l'UE?Essayez pour voir ...Carte Vitale,Microsoft connait votre nom »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :