• L'histoire en face...

    Emmanuel Macron a jugé légitime de rendre hommage au maréchal Pétain samedi 10 novembre lors d'une cérémonie aux Invalides, au même titre que les sept autres maréchaux de la Grande guerre. Il a alors souligné que le dirigeant du régime de Vichy avait été "un grand soldat" pendant la Première guerre mondiale, même s'il a "conduit des choix funestes" pendant la Deuxième.

    Emmanuel Macron à l'ossuaire de Douaumont, le 6 novembre 2018

    Le général Pétain avait été promu maréchal en 1918, après l'armistice. "Il a été un grand soldat, c'est une réalité. La vie politique comme l'humaine nature sont parfois plus complexes que ce qu'on voudrait croire". "J'ai toujours regardé l'histoire de notre pays en face", a-t-il lancé.

     

    Un choix pas si funeste

    Emmanuel Macron et Angela Merkel, lors de la remise du Prix Charlemagne au président de la République, à Aachen en Allemagne, le 10 mai 2018

    Personne n'ignore les convictions européennes d'E.Macron ,la chancelière allemande Angela Merkel lui a remis en 2018 le prix Charlemagne:

    "Le Prix international Charlemagne d’Aix-la-Chapelle est la récompense la plus ancienne et la plus célèbre rendant hommage à l’engagement en faveur de l’unification européenne"

    https://www.karlspreis.de/fr/

    Or le projet de "nouvelle europe" ,en réalité ne date pas d'hier.

    Adolf Hitler rencontre Benito Mussolini à Rome le 9 mai 1938 afin de créer « une nouvelle Europe » : une union des pays européens qui serait sous leur contrôle. Une délégation de juristes est alors constituée pour concevoir cette « nouvelle Europe » qui a vocation à supprimer les frontières, affaiblir la souveraineté des États et créer un vaste Empire où l’axe Berlin-Rome appliquerait sa politique territoriale, économiques et diplomatique. Walter Hallstein qui devint par la suite président de la comission européenne est donc nommé personnellement par Adolf Hitler comme représentant nazi pendant les négociations d’Etat avec l’Italie fasciste entre le 21 et 25 juin 1938 afin de mettre en place un cadre juridique pour la « Nouvelle Europe ».

    N'en déplaise à ceux qui aiment présenter Pétain comme le "gérant" de la France durant l'occupation , "parce qu'il n'y avait pas d'autre choix", il est aussi parti prenante dans cette idée de « nouvelle Europe »

    La collaboration française favorable au projet

    Dès 1941 les journaux français titrent « 1941 sera la grande année du regroupement de l’Europe a déclaré le führer » (Paris soir publié le 1er février 1941). Cette « nouvelle Europe » conçue par le juriste allemand Walter Hallstein est alors montrée aux français  comme une solution de paix en Europe alors que la France est occupée. Le gouvernement de Pétain inaugurera avec les autorités nazies l’exposition intitulée « La France européenne » le 6 juin 1941 à Paris au Grand Palais. Les tracts et affiches qui doivent faire la promotion de cet événement mettent en avant le projet d’une « construction de l’Europe ». Le gouvernement de Pétain collabore avec le gouvernement nazie dans l’objectif d’instaurer une « Pax Germania » à travers toute l’Europe. L’occupation du IIIème Reich sur le continent tout entier est donc présenté à la population comme un espoir de mettre fin une bonne fois pour toute à la guerre en Europe. Une propagande de grande ampleur sera mise en place afin de préparer les consciences à cette « nouvelle Europe ».

    L’objectif de cette exposition est de sensibiliser les français sur l’importance de construire une Europe de paix sans frontière comme le montre une comparaison entre la carte de la vieille Europe d’hier et la carte de la nouvelle Europe de demain. Celle-ci était présenté dans l’exposition de la France Européenne.

    La propagande de Vichy entre 1941 et 1942

    Pour Vichy, il faut « imiter l’Allemagne » qui est un exemple à suivre. L’argument économique est utilisé en affirmant que cette nouvelle Europe permettrait de libérer le marché ce qui à terme favoriserait les échanges commerciaux. Pour le régime de Vichy, la France est trop petite pour faire face au monde extérieur. Pour peser, elle doit occuper une place importante dans cette nouvelle Europe.

    Les français ne pouvaient qu’être favorable à ce projet selon le régime de Vichy considérant que seul ce dernier était capable de comprendre les réels problèmes que la France rencontrait à l’époque. Pour Vichy, la France devait faire partie de la Nouvelle Europe pour pouvoir peser. Pour la propagande de l’époque, le régime estimait qu’être contre cette construction européenne, c’était s’enfermer, et vouloir une nouvelle fois la guerre avec l’Allemagne. « Connaissez-vous mieux que lui les problèmes de l’heure ? »

    Notes:

    https://gazettefrancaise.com/2015/12/14/lhistoire-de-walter-hallstein/

    https://www.rtl.fr/actu/politique/petain-un-grand-soldat-selon-macron-le-crif-se-dit-choque-7795476923

     

    « Une « République démocratique et sociale » La Macronie contre la démocratie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :