• Premiers de cordée recherche kamikazes

     

     Premiers de cordée recherche kamikazes

     

     

    Un  kamikaze  est un membre d'une unité militaire de l'Empire du Japon, qui effectuait des missions-suicides pendant la guerre du Pacifique.

    Pour remédier au manque d'effectif militaire et de carburant .

    Par extension, en Occident, ce terme sert à désigner quiconque sacrifie sa vie volontairement . Plus largement encore et de manière métaphorique, il peut désigner une personne qui se sacrifie, ou qui se met délibérément en grand danger à un niveau personnel, professionnel.

     

     

     

     

     

    Carrefour confirme le décès d'une salariée dû au Covid-19

    La direction de Carrefour confirme vendredi 27 mars  le décès d'Aïcha du coronavirus. Cette salariée, âgée de 52 ans, était caissière au magasin de Saint-Denis Basilique (Seine-Saint-Denis). "C'est un drame absolu. Nos pensées vont à sa famille et ses proches.

     

    Elle faisait partie des invisibles, elle ne faisait pas de bruit et d'ailleurs presque personne ne la connaissait.

     

    Il n'y aura pas d'hommage national, il n'y aura même aucune reconnaissance du groupe Carrefour envers cette anonyme passée à côté de nous sans que nous la voyons vraiment, comme toutes ces grandes dames de l'histoire, qui ont sans doute payé de leur vie, leur sacrifice aux autres

     

     

     

    Mort d'un salarié du Carrefour de Charenton contaminé par le coronavirus

    Contaminé par le nouveau coronavirus, un salarié du rayon poissonnerie de Carrefour Bercy-2 de Charenton (Val-de-Marne) est décédé à l'âge de 45 ans

     

    Une des collègues de la victimes est elle aussi arrêtée et hospitalisée «en réanimation dans un état grave»

    À l’heure où de nombreux pays commencent à assouplir les mesures de confinement décidées pour lutter contre le coronavirus, la crainte dans tous les esprits est que les contaminations repartent de plus belle, provoquant une deuxième vague épidémique.

     

    En l’absence de traitement et de vaccin, la reprise des activités et des déplacements se traduira donc inévitablement par une ré-augmentation du nombre d’infections. Avec une ampleur certaine.

     

     

    Plusieurs études de modélisation dans différents pays concluent à une deuxième vague épidémique très probable et au plus tôt

    Aux États-Unis, un haut responsable de la santé publique, Robert Redfield, dit redouter un épisode encore plus difficile que celui que nous venons de vivre.

     

     

    C’est aussi l’avis du virologue Christian Drosten, conseiller du gouvernement allemand, qui a mis en garde contre une deuxième vague plus puissante que la première.En Allemagne, c’est le rebond du taux à 1 pour la première fois depuis la mi-avril, après être descendu à 0,7, qui  incite les autorités à appeler à la prudence.

    Car la marge de manœuvre est étroite : avec un taux d’infection à 1,1, nous pourrions atteindre les limites de notre système de santé en termes de lits en réanimation rapidement.

     

     

     

    La sortie du confinement en France sans politique forte de gestes barrières pourrait se traduire par un bilan total de 200 000 morts, contre environ 165 000 décès avec la distanciation physique et 85 000 en y ajoutant le port du masque.

    Même dans ce cas, les services hospitaliers seraient saturés

     

    Les transporteurs publics estiment ne pas avoir les moyens de mettre en place ces gestes barrières .

     

     l'Union des transporteurs publics (UTP), la RATP, la SNCF, Keolis, Transdev et Agir expliquent n'avoir "ni les moyens humains ni matériels" de faire respecter les gestes barrières souhaités par le gouvernement.

     

    A commencer par le respect de la distanciation physique d'un mètre entre les voyageurs, qui est infaisable en l'état.

     

     

    Si rien n'est fait pour les accompagner dans cette reprise d'activité, les transporteurs avertissent : "Nous considérons de notre devoir de vous informer du risque très élevé de trouble à l'ordre public qui conduira nécessairement à l'arrêt des transports publics".

     

     Premiers de cordée recherche kamikazes

    Savez vous que la France a donné naissance à la troisième fortune mondiale? Bernard Anault (plus de 80 milliards d’euros

     

    d’actifs), qui concentre entre ses mains un pouvoir supérieur à celui d’un chef d’État.

    Notre pays est en réalité un confortable royaume pour les nantis. Il est d’ailleurs l’un des derniers pays d’Europe à s’être doté d’un impôt progressif sur le revenu, qui rapporte aujourd’hui largement moins que la moyenne de nos voisins ! On est très loin du mythe d’une nation où les plus aisées seraient "matraqués d’impôts", encore plus depuis qu’Emmanuel Macron a supprimé l’ISF et baissé les taxes sur le capital.

    L’homme professe un libéralisme décomplexé mais n’hésite jamais à pomper les financements publics  les médias de son groupe de presse bénéficient  du chômage partiel. 

     

    Des années de néolibéralisme ont mis notre hôpital public à genoux

    Louis Bernard est en première ligne dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus. Infectiologue, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Tours, ancien chef de clinique à Paris, il livre  son témoignage sur la crise sanitaire à laquelle il est confronté.

     

    Hier des centaines d’unités hospitalières en grève, plus de mille chefs de service démissionnaires.Le personnel blanc en colère rouge. Le Covid ne nous rend pas amnésique. Les professions invisibles ou oubliées, aides soignantes, agents de ménage, auxiliaires de vie .

    Des années de néolibéralisme ont mis notre hôpital public à genoux.

     

     

     

     

    Découvrez:Néolibéralisme,casse toi pauvre con!

    La loi Bachelot connue  sous le terme « Hôpital, patients, santé et territoire », HPST en  abrégé, porte la réforme de l'hôpital  promulguée le 21 juillet 2009. Elle a été préparée fin 2008 par la ministre de la Santé Roselyne Bachelot Sous la présidence de Nicolas Sarkozy.Cette loi a supprimé "le service public hospitalier" pour le remplacer par "des établissements de santé aux statuts variables". Elle a supprimé tout pouvoir du soignant pour donner tout le pouvoir aux gestionnaires. Elle a signifié formellement la fin des services qui regroupent les équipes soignantes, remplacés par des "pôles" de gestion. Elle a consacré le pouvoir du directeur, "seul patron à bord", sous la tutelle étroite du directeur de l’ARS (ndlr : Agence régional de santé), véritable préfet sanitaire aux ordres du gouvernement.Le seul objectif fixé à cette immense machine bureaucratique est celui de la rentabilité promue par la généralisation de la tarification à l’activité (T2A). L’augmentation des activités "rentables" est  devenue l’obsession partagée des directeurs et des médecins gestionnaires.Ainsi s’applique en pratique le concept "hôpital entreprise".

    Notes:

    Coronavirus - Journal d'un médecin : Des années de néolibéralisme ont mis notre hôpital public à genoux

    Déconfinement : les transporteurs publics estiment ne pas avoir "les moyens humains et matériels" de mettre en place les gestes barrières souhaités par le gouvernement

    Bernard Arnault, symbole de la fausse générosité des milliardaires

    Mort d'un salarié du Carrefour de Charenton contaminé par le coronavirus

    Coronavirus : Carrefour confirme le décès d'une salariée dû au Covid-19

     

     

     

     

     

    « Selon le colonel des renseignements Russes le coronavirus a une origine artificielleNon,nous ne sommes pas plus libres depuis la chute du mur de Berlin »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :