• Stanislav Petrov Héros de l"humanité

    L’apocalypse nucléaire a été évitée grâce au lieutenant-colonel soviétique Stanislav Petrov

    L’apocalypse nucléaire a été évitée grâce au lieutenant-colonel soviétique Stanislav Petrov

    Le 26 septembre 1983, c’est grâce à la lucidité et au courage du lieutenant-colonel soviétique Stanislav Petrov qu’une apocalypse nucléaire a été évitée. En effet, le système informatique d’alerte antimissiles avait indiqué le tir de cinq missiles balistiques intercontinentaux en provenance des Etats-Unis. Stanislav Petrov a su détecter qu’il s’agissait d’une fausse alerte nucléaire en raison de la réflexion des rayons du soleil sur les nuages situés au-dessus du site de lancement américain et il en a informé sa hiérarchie.

    Vidéo:

    L'opération Able Archer 83 est un exercice de simulation militaire mené par l'OTAN du 2 au 11 novembre 1983 sur toute la partie occidentale du continent européen. Le but de l'exercice était d'évaluer les capacités de l'Alliance en cas d'attaque nucléaire coordonnée. Les 10 jours d'exercices incluaient une nouvelle forme de communications chiffrées, des silences radio, la participation de plusieurs chefs d'État et la simulation d'une alerte nucléaire DEFCON.

    Le niveau de réalisme atteint par les opérations déclenchées couplé avec un environnement international tendu (Invasion de la Grenade, crise des euromissiles, etc.) ont mené une partie de l'état-major soviétique à craindre qu'une première frappe américaine était imminente : les forces nucléaires soviétiques furent mises en état d'alerte, ainsi que les unités aériennes stationnées en République démocratique allemande et en Pologne.

    Cet incident relativement obscur est considéré par certains au XXIe siècle comme l'un des moments où les deux blocs ont été le plus proche d'une guerre nucléaire depuis la crise des missiles cubains de 1962. La menace de confrontation s'éteignit d'elle-même avec la fin d'Able Archer le 11 novembre 1983 mais l'opération RYAN du KGB visant à réunir des informations sur les intentions supposées de l'administration américaine d'attaquer l'URSS dura jusqu'en 1984.

    Lorsque les alarmes ont retenti et que le pupitre de contrôle s’est mis à clignoter devant Stanislav Petrov, un lieutenant colonel de 44 ans à son poste dans un bunker secret de la périphérie sud de Moscou, il restait moins de 30 minutes avant le déclenchement d’une guerre nucléaire.
     
    « La sirène s’est mise à hurler, se souvenait-il plus tard, mais je suis resté assis là pour quelques secondes, les yeux rivés sur le mot ‘Launch’ (Feu !) qui s’est affiché sur le grand écran rouge rétroéclairé. » Selon son expression, il se sentait sur sa chaise comme sur« une poêle à frire brûlante ».

    Le Col. Petrov, préposé au système d’alerte avancée antimissile, était chargé de déterminer si les États-Unis avaient ouvert le feu sur l’Union soviétique par-dessus l’océan. Juste après minuit ce 26 septembre 1983, tous les signaux semblaient pointer vers l’affirmative.

    Le signal par satellite reçu par le Colonel Petrov dans son bunker indiquait qu’un seul missile Minuteman avait été lancé et qu’il se dirigeait vers l’Est. Quatre autres missiles semblaient suivre, selon des signaux envoyés par satellite. Le protocole à suivre dans ce cas était clair : notifier à temps le quartier général de la Défense aérienne soviétique pour permettre au personnel de l’État major de consulter le leader soviétique Youri Andropov. À coup sûr, il s’ensuivrait une contre-attaque, et un holocauste nucléaire.

    Et pourtant, le Col. Petrov, tout en jonglant avec un téléphone dans une main et un interphone dans l’autre, a estimé qu’il s’agissait d’une fausse alerte. Les missiles soviétiques, armés et prêts au lancement, sont restés dans leurs silos. Et les missiles américains, que quelques minutes pouvaient séparer de leur cible, semblaient s’être volatilisés dans les airs.

    Notes:

    http://lesakerfrancophone.fr/disparition-a-77-ans-de-stanislav-petrov-lofficier-sovietique-qui-a-permis-deviter-un-conflit-nucleaire

     

     

    « »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :