• Supprimer l'ISF ralenti la croissance

     

    "Nous constatons que l'augmentation de la part du revenu des pauvres et de la classe moyenne augmente la croissance, tandis qu'une augmentation de la part du revenu des 20% supérieurs entraîne une croissance plus faible – c'est-à-dire que lorsque les riches s'enrichissent, les avantages ne se répercutent pas sur le revenu."

     

     

    Supprimer l'ISF ralentit la croissance

    Le gouvernement du neuf ,repassera, faire les poches des retraités ,des salariés,des précaires , des chômeurs, et s’en prendre à la mission publique est une régression,non pas un progrès .

    Dans les faits, en guise de choix, c’est donc la facilité qui est retenue..

     Des mesures touchant plusieurs, voire l’ensemble de ces aides. La non revalorisation des prestations sociales. Cela pénalise plusieurs prestations familiales (Allocation de rentrée scolaire, complément familial…), et autres minima sociaux (Allocations adultes handicapés, RSA…).  Les pensions de retraite ne seront plus indexées annonce Edouard Philippe dimanche 26 Août 2018 .

    Les dernières décisions du gouvernement concernant les pensions de retraite aboutissent à un recul social de plus de 70 ans.

     

    La pension de retraite est un droit, acquis par le versement des cotisations,et non une simple « allocation sociale ».

    Edouard Philippe émet l'idée de demander des «contreparties» aux aides sociales..

    Le RSA est déjà  la contrepartie d'un système dans lequel il n'y a pas d'emploi pour tous , un revenu sous le seuil de pauvreté , accepter d'en bénéficier c'est déjà une contrainte pour laquelle il n'y a rien à demander  de plus!

    Aujourd'hui ce gouvernement supprime la revalorisation annuelle des pensions.L'évolution des pensions, devenues allocations sociales, est désormais le fait du prince, des possibilités budgétaires, avec l'objectif de les faire baisser drastiquement: http://09novembre1989.revolublog.com/un-recul-social-de-70-ans-avec-macron-a148995842

     Les principales sources d’économies  viennent de coupes dans les prestations sociales, dans lesquelles Emmanuel Macron lui-même trouve que l’on met “trop de pognon”. 

    « Il faut » boucler le budget  sans trop dégrader le déficit public,une formule,une posture en fait. 

    Alors que l'optimisation fiscale des entreprises coûte 60 milliards d'euros aux citoyens français chaque années.

    Dans l'UE, environ 1000 milliards d'euros «perdus chaque année»

    A l'échelle des 28 membres de l'Union européenne, «environ 1000 milliards d'euros sont perdus chaque année à cause de l'évasion et de la fraude fiscales»  Le constat est sans appel : la grande majorité des plus puissantes multinationales sont omniprésentes dans les paradis fiscaux,pour le ruissellement on repassera..

     

    La suppression de l'ISF ne contribue en rien au "ruissellement"

    cette réforme qui bénéficie aux "très riches", 200 000 foyers fiscaux sont "sortis" de cet impôt. Mécaniquement, les très riches ont vu leur pouvoir d’achat augmenter.Ce sont les ménages les plus aisés qui y ont le plus gagné : "On estime les gains de revenus disponibles de l’ordre de 5,5 % pour les 1 % des ménages les plus aisés, parmi ces ménages, on se rend compte que les 0,1 % des ménages les plus aisés atteignent des gains de près de 14,6 % de revenus disponibles...

    Le don aux associations en chute libre.

    Un secteur qui s’est d’ores et déjà déclaré perdant, celui du don.

    France Générosité, qui réunit une centaine des plus grandes associations et fondations françaises (comme WWF, Médecins sans frontières ou bien encore la Fondation de France), estime sa baisse de dons à -55 %, soit une perte sèche de près de 150 millions d’euros.

    Beaucoup de fortunés, à l'heure de régler leur ISF, préféraient convertir une partie de la somme en dons destinés à des associations qu'ils avaient pu choisir. Mécaniquement, avec la mise en place de l'IFI en 2018, l'impôt à verser ayant été moins important, les dons l'ont également été. 

     

    Supprimer l'ISF ralenti la croissance

    La théorie du ruissellement cette idée, qu’il serait plus "efficace" pour l’intérêt général d’alléger les charges fiscales des plus riches, était à la mode au début des années 1980, à l’époque du triomphe de Margaret Thatcher et Ronald Reagan. Le mot de "ruissellement" (traduction de "trickle down") est apparu dans le débat public lorsque, fin 1981, le jeune (et critique) directeur du Budget de Reagan, dans une célèbre interview à "The Atlantic", avait expliqué que la politique du président était en fait le retour de "la vieille doctrine républicaine" . 

    Or, Des économistes du fond monétaire international (considéré comme le temple du néolibéralisme) ont étudié de près les effets sur la croissance de changements de revenus, selon leur niveau. Résultat, ils ont tordu le cou à la prétendue "théorie du ruissellement" : 

     

    "Nous constatons que l'augmentation de la part du revenu des pauvres et de la classe moyenne augmente la croissance, tandis qu'une augmentation de la part du revenu des 20% supérieurs entraîne une croissance plus faible – c'est-à-dire que lorsque les riches s'enrichissent, les avantages ne se répercutent pas sur le revenu."

     

    Supprimer l'ISF ralentit la croissance

    Pour mener à bien les mutations,les « réformes » qui se heurtent à de fortes résistances, une remise en cause profonde de la démocratie sociale est nécessaire,cette remise en cause a pour continuité  la révolution conservatrice de Thatcher et Reagan dans les années 80. Une vague néolibérale qui a bouleversé les États-Unis de R. Reagan à partir de 1980 et la Grande-Bretagne de M. Thatcher à partir de 1979. Dans ces deux pays s’impose une « révolution conservatrice », en référence à son caractère radical – il s’agit de revoir en profondeur le rôle de l’État –, mais aussi le "renouveau" conservateur qu’elle traduit,c'est à dire en réalité ,un retour à l'ancien temps.

    Macron affiche un objectif plus ambitieux que Reagan et Thatcher en leur temps. On retrouve là l’idée centrale de la révolution conservatrice selon laquelle la réforme de l’État commence par celle de l’impôt, afin de mettre les classes aisées de son côté, et de créer une situation irréversible.

    Toutes les réformes sont mises à contribution,il s’agit de supprimer des milliers d’emplois publics, en arguant de la meilleure « efficacité » du niveau local sur le niveau national, afin de réduire les dépenses de l’État central. 

    Les signes d’une réforme en profondeur de l’État-Providence sont encore plus visibles : les retraites,  la sécurité sociale ,l’hôpital,les allocations, la stigmatisation des chômeurs ,taxes ,suppression d'emplois publics,réduction d'effectifs,etc.

     

    La suppression des acquis dans le monde du travail,  acquis sociaux ,démocratiques, la suppression de ces droits et du respect de ces droits, sont autant de défaites infligées pour le salarié,le citoyen ,l'humain ,et sont autant de victoires pour ce système.

     

     Le panier moyen des produits de consommation courante des Français n’a jamais été aussi cher . Les hausses de prix sont sensibles jusque dans les enseignes de hard discount.

    Le mouvement des Gilets jaunes, commencé mi-novembre, a commencé par un refus de la hausse des taxes sur les carburants, et plus largement en raison d’inquiétudes des Français les plus modestes sur leur pouvoir d’achat.

    Notes:

    le redressement français ne passe pas par plus de redistribution fiscale

    http://09novembre1989.revolublog.com/blocages-dans-la-gouvernance-neo-liberale-a150427374

    https://www.franceculture.fr/economie/isf-le-ruissellement-na-pas-encore-eu-lieu

    http://09novembre1989.revolublog.com/un-recul-social-de-70-ans-avec-macron-a148995842

    https://www.nouvelobs.com/edito/20170929.OBS5332/la-theorie-du-ruissellement-fable-des-annees-1980.html

    https://www.ouest-france.fr/economie/consommation/le-panier-moyen-des-francais-estime-139-50-eu-n-jamais-ete-aussi-cher-6233233

     Edouard Philippe émet l'idée de demander des «contreparties» aux aides sociales:

    http://www.lefigaro.fr/social/2019/02/15/20011-20190215ARTFIG00210-edouard-philippe-emet-l-idee-de-demander-des-contreparties-aux-aides-sociales.php

    « Si vous voulez rester en vie, vous rentrez chez vous L'inégalité comme choix politique »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :