• Le jazz et le rock ont fait avancer la cause du libéralisme américain

    Durant la guerre froide, le jazz et le rock ont fait avancer la cause du libéralisme américain.

    Pour gagner les coeurs et les esprits, tous les moyens étaient bons. Les Etats-Unis organisèrent un combat idéologique , déclarant dès 1947, par une loi votée au Congrès, la «guerre culturelle, éducative et d'information». Washington mobilisa d'énormes moyens humains et financiers pour développer ses propres missiles idéologiques, tirés par des soldats aussi divers que John Wayne, héraut du rêve individualiste yankee ou l'intellectuel français Raymond Aron. La revue «Preuves», où il écrivait, était financée par la CIA - il affirma dans ses mémoires qu'il l'ignorait.

    C'est la musique, art populaire par excellence, qui joua le rôle majeur. Le jazz commença de subvertir la jeunesse socialiste, puis le rock envahit l'Europe entière, sans qu'aucun barbelé puisse le stopper. Les radios Free Europe ou Voice of America et les progrès techniques (microsillon en 1948, transistor en 1954, et K7 audio en 1963) accélérèrent la diffusion de cette révolution culturelle. La Beatlesmania submergea les pays de l'Est. Les «brigades de la musique» traquant les rockers locaux et la censure proscrivant AC/DC pour «néofascisme», ou Tina Turner pour pornographie, furent inefficaces.

     

    Comment la culture servit à la propagande... Quelques exemples :

    - En 1972, l'Américain Bobby Fischer battit aux échecs le Russe Boris Spassky. Et mit un terme à l'hégémonie soviétique sur les championnats du monde. Disputé à Reykjavik, en Islande, le «match du siècle» se transforma en un enjeu géopolitique. Fischer reçut même les encouragements de Kissinger.

     

    - Dès les années 1950, l'empire d'Elvis Presley, surnommé le «King», s'étendait jusqu'en URSS. Les copies pirates de ses enregistrements réalisées à partir des émissions de la radio Voice of America s'y arrachaient 100 $ pièce au marché noir.

    - Auteur du célébrissime «In the Mood», le tromboniste Glenn Miller charma la planète avec son big band. Dès les années 1940, le jazz fit un tabac en Europe de l'Est.

     

    - Le Bolchoï, la compagnie de danse du prestigieux théâtre moscovite, se produisit sur es scènes du monde entier Cette troupe avait été créée bien avant l'ère socialiste, en 1776.

     

     

    Notes:

    https://www.geo.fr/voyage/guerre-froide-la-culture-pour-seduire-l-ennemi-et-mieux-le-dominer-155461

    « Le Medef vous demande un effort.. »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :